Biographie

Biram Ould Dah Ould Abeid

The leader of activist group IRA (Initiative for the Resurgence of Abolitionism in Mauritania), Biram Abeid. The IRA fights for the end of slavery in Mauritania a campaign that has led to Biram Abeid being jailed as he challenges many vested interests.

Biram Ould Dah Ould Abeid est lauréat de plusieurs prix et distinctions pour la défense des Droits Humains décernés par des institutions et organismes internationaux. Les plus importants en sont :

Prix Lawson James 2016 (USA) –Prix des héros contre l’esclavage et la traite des personnes 2016 (USA)-Tulipe des Droits de l’Homme 2015 (Pays-Bas) –

Nomination pour le prix Nobel de la Paix 2014

Le prix Echos Of Africa pour l’année 2014 (Philadelphia, Pennsylvania, Etats-Unis d’Amérique)
Le Prix de l’ONU pour la cause des Droits de l’homme, 2013
Le Prix Front Line Defenders pour défenseurs des Droits de l’homme en danger, 2013
Nomination pour le Prix Sakharov de l’Union Européenne en 2013.
Le Prix de la ville de Weimar pour les Droits de l’homme, 2011

Candidat aux élections présidentielles mauritaniennes de 2014, Biram Dah Abeid arrive second, en situation de premier opposant du régime en place.
Militant des Droits de l’homme, et plus particulièrement du combat pour l’éradication de
l’esclavage en Mauritanie, Biram Ould Abeid a été Membre du Bureau exécutif de l’OrganisationArabe des Droits de l’Homme (2006), Chargé de mission auprès du Président de SOS Esclaves (2002 à 2008) et membre de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (2007 à 2010). En 2008, il a créé l’Initiative pour la Résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) dont il est toujours le président et la figure de proue.
Ce combat pour la dignité et le respect de la personne humaine a valu à Ould Abeid de connaître les prisons mauritaniennes à maintes reprises (janvier 2010, 6 mois en 2012, 18 mois de novembre 2014 à mai 2016, actuellement il est en liberté provisoire), d’être jeté en pâture à la vindicte populaire et au lynchage médiatique par l’Etat mauritanien mais aussi par certaines autorités morales et religieuses du pays. Le sommet des
campagnes dont il fut victime a été atteint lorsqu’il a organisé le 27 avril 2012, en compagnie de militants d’IRA une prière en dehors de la mosquée suivie de l’incinération symbolique de manuel de jurisprudences malikites qui prônent l’esclavage et le justifient.
Titulaire d’un Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en histoire (2001, Université Cheikh Anta
Diop de Dakar, Sénégal), Ould Dah avait exercé le métier de greffier dans les tribunaux de Mauritanie de 1986 à 2001. Ayant suivi un grand nombre de formation et de séminaires dans le domaine de la lutte pour le respect des droits de l’homme, Ould Abeid a développé une grande expertise dans ce domaine qui fait de lui le spécialiste du combat pacifique, mais d’une redoutable efficacité, contre les dictatures et les despotismes en tous genres.

Né en 1965 à Rosso (Sud du pays), ce père de cinq enfants a su allier le combat politique et une vie familiale dans laquelle l’appui de son épouse et compagne de combat, Leila Mint Ahmed, constitue un atout de toute première importance.
Parlant un arabe littéral redouté par ses contradicteurs les plus chevronnés, Biram Ould Dah
manie également le français avec dextérité. A ces deux langues qui lui servent d’outil d’ouverture et de combat politique quand il s’adresse à un auditoire de lettrés ou d’instruits, le candidat ajoute sa grande aisance en pulaar, wolof et hassanya. Militant de son temps, Ould Dah est grand consommateur de communication via les réseaux sociaux et les nouveaux outils de communication.

cropped-PHOTO.jpg

 

 

Laisser un commentaire

- Powered by MG WebDesign.fr
Translate »