Mauritanie. La peine sévère contre 13 militants anti-esclavagistes confirme la volonté de réduire au silence les défenseurs des droits humains (Amnesty International)

AI logo

‘’La sévère condamnation entre 3 et 15 ans de prison ferme de ces 13 militants anti-esclavagistes confirme encore la volonté des autorités de réduire au silence des défenseurs des droits humains qui luttent pacifiquement contre la pratique de l’esclavage en Mauritanie, et envoie un message inquiétant, que le gouvernement ne fléchira pas dans son option de restreindre la liberté d’expression et d’association. »

La sévère condamnation envoie un message inquiétant, que le gouvernement ne fléchira pas dans son option de restreindre la liberté d’expression et d’association
Alioune Tine, directeur d’Amnesty International pour l’Afrique de l’ouest et du centre

« La condamnation doit être annulée et ces militants immédiatement remis en liberté sans condition, car ils sont des prisonniers d’opinion accusés à tort et incarcérés en vue d’entraver leur travail légitime.’’

Complément d’information

La cour criminelle de Nouakchott a déclaré tard dans la soirée de jeudi 18 août, 13 militants de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) coupables de rébellion, usage de la violence, attaque contre les pouvoirs publics, attroupement armé et appartenance à une organisation non reconnue. Ils ont été condamnés entre 3 et 15 ans de prison ferme et à payer une amende d’environ 94 000 euro.
Ils ont été arrêtés entre le 30 juin et le 9 juillet, après une manifestation organisée par les habitants d’un bidonville de Nouakchott qui étaient menacés d’être expulsés car la ville se préparait à accueillir un sommet de la Ligue arabe. Parmi ces 13 militants, aucun n’a organisé ni participé à la manifestation.

Condamnés à 15 ans de prison ferme : Amadou Tidiane Diop, Abdallahi Abdou Diop, Abadalli Seck dit Vieux, Moussa Biram, Jemal Bleyil,

Condamnés à 5 ans de prison ferme : Balla Touré, Hamady Lehbous

Condamnés à 3 ans de prison ferme : Mohamed Daty, Mohamed Jarroulah, Khrtzy Rahel, Ousmane Lô, Ousmane Anne, Ahmaed Hamar Vall,

 

Mauritanie. Il faut abandonner toutes les charges retenues contre des militants anti-esclavagistes et les libérer

Laisser un commentaire

- Powered by MG WebDesign.fr
Translate »